rond

Le pouvoir des réseaux sociaux au service de l’environnement #2

L'affaire du Siècle

L’affaire du siècle c’est avant tout l’union de quarte associations françaises en faveur de la défense de la nature et des animaux. Ce rassemblement a créé un buzz aussi bref qu’inattendu puisqu’il est apparu dans les fils d’actualité de nos réseaux sociaux soudainement et est devenu immédiatement viral. Alors qu’en réalité, il s’agit d’un travail de longue haleine qui a abouti à une assignation en justice de l’Etat français.

C’est l’histoire de quatre associations, La Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France, Notre Affaire à Tous, Oxfam France, menées par des personnalité politiques et médiatiques telles qu’Audrey Pulvar et Nicolas Hulot pour FNH ou Cécile Duflot pour Oxfam. Ces associations ont décidé d’unir leurs forces afin d’avoir plus de poids et de soutiens dans un ultimatum lancé au gouvernement français le 18 décembre 2018 via un recours en carence fautive, « une procédure qui vise à sanctionner l’inertie de l’Administration publique alors qu’elle se trouve tenue d’agir » (source : dossier de presse l’Affaire du Siècle), à laquelle elle a répondu défavorablement. L’étape suivante pour les associations était de déposer, en mars, un recours en plein contentieux auprès du Tribunal Administratif de Paris.

C’est à ce momentlà que le grand public a enfin entendu parler de l’Affaire du Siècle, tandis que le dossier se montait déjà depuis 2015. Une vidéo sortie le même jour que le lancement des premières procédures par les associations, permet de faire remarquer cette affaire hors du commun. Réalisée par le youtubeur « Partager c’est sympa », avec la participation d’une quarantaine de personnalités. Acteurs(rices), musiciens(ciennes), youtubeurs(ses), humoristes, parmi lesquels on peut citer McFly & Carlito, Juliette Binoche, Emilie Loizeau, Elie Semoun, Et Tout Le Monde S’en Fout, Guillaume Meurice, Abd al Malik, LEJ, Shaka Ponk, Marion Cotillard et bien d’autres. Tous s’engagent pour la planète à leur manière mais c’est leur nombre, leur notoriété et leur diversité qui ont permis de provoquer ce buzz.

Une vidéo relayée en masse
sur les réseaux sociaux

Dans cette vidéo on peut voir toutes ces personnalités tour à tour, face caméra, dans des décors divers de vie quotidienne, chacun énonçant une phrase du script. En outre, celui-ci présente rapidement le projet l’Affaire du Siècle, ses enjeux, et cherche à mobiliser le spectateur et le rallier à sa juste cause de protection environnementale. Si la vidéo est sortie en décembre 2018, elle a réellement obtenu une grande visibilité en mars 2019, en marge de la 2ème étape du recours contre l’Etat et à l’occasion d’une marche nationale pour le climat. Celle-ci a eu lieu le 16 mars, au lendemain d’une grève scolaire pour le climat, et a été surnommée « La Marche du Siècle ». Rappel évident avec le nom de l’action en justice, dont certains instigateurs (Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France) et représentants tels que Marion Cotillard, Abd al Malik, Shaka Ponk et le réalisateur Cyril Dion, étaient d’ailleurs présents lors de la marche à Paris.

Relayé par plusieurs médias en ligne dont des blogs, les sites web d’associations ou articles de journaux en ligne, c’est avant tout les réseaux sociaux qui vont permettre de promouvoir le mouvement auprès d’un important nombre de participants. Ces derniers ont massivement soutenu l’appel au rassemblement sur Facebook, Twitter, Instagram via la vidéo de l’Affaire du Siècle. Passant d’un internaute à un autre, celle-ci a bénéficié d’une immense visibilité grâce à la fanbase des personnalités qui ont participé à la création de la vidéo. En effet, chacun d’entre eux a pu la partager sur ses réseaux sociaux, touchant ainsi directement ses abonnés qui ont par la suite repartagé la vidéo auprès de leurs cercles d’amis et abonnés et ainsi de suite. Les chaînes YouTube de Max Bird et celle de « Partager c’est sympa » cumulent à elles seules plus de 800.000 vues. L’influence des réseaux sociaux quant au rassemblement de leurs usagers autour d’un intérêt commun, ici une action pour le climat, est aujourd’hui clairement indéniable.

Ainsi, cette « Marche du siècle » a réuni 45.000 personnes à Paris selon un comptage indépendant pour un collectif de médias réalisé par le cabinet Occurrence. La préfecture de police a de son côté chiffré cette affluence à 36.000 manifestants à Paris et les organisateurs à 107.000. À Lyon, le cortège comptabilise 18.000 personnes selon les autorités, 30.000 selon les organisateurs. Les manifestants étaient armés de pancartes, toutes plus originales les unes que les autres, souvent inspirées de la pop-culture, remplies de dessins et de slogans qui claquent et cherchent à interpeller médias et politiques (voir images). « Plus de 350.000 personnes dans 220 villes de France se sont rassemblées pour dénoncer l’inaction du gouvernement français face à la crise climatique et son cynisme vis-à-vis de la crise sociale », ont affirmé les organisateurs dans un communiqué. Un appel à converger avec le mouvement des « Gilets Jaunes » dont l’acte XVIII se déroulait le même jour, avait été lancé par le réalisateur Cyril Dion et soutenu par le député François Ruffin qui encourageait l’alliance du social et de l’écologique.

Cette marche, somme toute pacifique, a été considérée comme un succès par ses organisateurs ainsi que les participants. Il ne reste maintenant plus qu’à attendre la décision du Tribunal Administratif de Paris quant au recours des quatre associations à l’origine de celui-ci, qui devrait tomber avant l’été.